Foundations

for Senegal

Engineering Foundations for Youth Education
  1. Boudiouk, Saint-Louis, March 2017
    Boudiouk, Saint-Louis, March 2017
    Courtesy of Douglas Stephenson
  2. Leona neighborhood, Saint-Louis, March 2017
    Leona neighborhood, Saint-Louis, March 2017
    Courtesy of Andrew Stephenson
  3. First year of Kindergarten, 2010
    First year of Kindergarten, 2010
    Courtesy of Erica Frerking
  4. First year of Kindergarten, 2010
    First year of Kindergarten, 2010
    Courtesy of Erica Frerking
  5. Final Construction Phase
    Final Construction Phase
    When enough funding is made available, through various methods of fundraising, this is a visual of the complete building.
  6. Lycée Charles de Gaulle, March 2017
    Lycée Charles de Gaulle, March 2017
    Children in Senegal are eager to learn, as evident by this boy peering over this high school wall.

giveabrick

  1. Title 10
  2. Title 11
  3. Title 12
  4. Title 15
  5. Title 16
  6. Title 17
  7. Title 18
  8. Title 20
Introduction
Due to an average of five births per mother, the population in Senegal is increasing at a rate that is overcrowding schools. The demand for new schools is a critical issue, but the local government is focusing its development in infrastructure for tourism and foreign investors. This school will send a message to the local government regarding the demand for new schools.

Families are larger in Senegal in order to have children work at home to help their parents with their job. These children are raised without the resources to develop an academic foundation at school, which dramatically reduces their financial security and career options. An education provides knowledge to the limitless options each child has regarding their future, but without this knowledge, there lacks motivation and hope. Children will therefore continue doing the only thing they have learned, which are skills from their parents, continuing the cycle of systemic poverty.

Thousands of children’s lives will be forever changed due to this school, by being given free academic, physical, and hygienic education, instilling motivation and hope for success in their future. This building will serve as a facility to learn in multiple ways, a place to receive first-aid health care and hygiene education, and central meeting spot for the local community.

Summary / Résumé

The mission of this team is to responsibly produce a high quality, economical final design, report, and construction procedure.  Located in the new developing Saint-Louis suburb of Ngallèle, the objective of this project is to produce an economical and easy-to-build school design on a 15 m by 20 m parcel of land capable of being constructed by local volunteer members of the community, for an initial capacity of sixty, children and staff combined, that can accommodate future growth and expansion.
La mission de cette équipe est d’établir une conception finale du bâtiment, le rapport et les procédures de construction de manière responsable, économique et de qualité. Situé à Ngallèle, quartier en plein essor dans la banlieue de Saint-Louis, l’objectif de ce projet est de construire un bâtiment sans artifice sur un terrain de 15m sur 20m avec les volontaires du quartier inscrits au projet. Dans un premier temps la capacité d’accueil du bâtiment sera de 60 personnes, enfants et personnel confondus. Des agrandissements seront possible par la suite.

Aide aux Enfants Sénégalais – Projet étudiant

​Cinq étudiants en ingénierie civile à l’Université de Washington (WSU) ont choisi pour leur projet de fin d’étude de construire une école maternelle pour les enfants défavorisés de la ville de Saint-Louis au Sénégal.

Andrew Stephenson, à la tête de l’équipe, a commencé les recherches sur le projet en Avril 2016. En effet, il voulait choisir un sujet concret pour son projet de dernière année en ingénierie civile intégrée plutôt que ceux déjà proposés.
« Je ne vois pas l’intérêt de construire un bâtiment soi-disant pour l’éducation, s’il n’y a pas un vrai projet éducatif par la suite. » (Andrew)
Andrew a ensuite recruté des camarades pour travailler avec lui sur le projet, Deontae Elder, Abdon Godinez, Trevor Mitchem et Brett Johnson.
« Pour toute l’équipe, c’est une manière d’apprendre différemment. Nous avons besoin d’étudiants créatifs, proactifs et prenant des initiatives. » (Andrew)
Selon Deontae, le projet de construction étant au Sénégal, l’équipe doit parfois faire face à des données inconnues. Ils doivent alors adapter leurs connaissances au terrain.
« C’est si loin, nous n’avons vraiment rien. C’est un projet plus pratique que les autres », dit-il.
Pour Deontea, ce projet lui permet de donner à son tour aux personnes dans le besoin.
« La raison pour laquelle je voulais être un ingénieur civil était d’aider les autres. Je pense qu’aider dans un pays en voie de développement aura un impact plus important que de le faire aux Etats-Unis. » (Deontae)
Andrew est tombé sous le charme des habitants de Saint-Louis quand il enseignait l’anglais dans une association grâce à une organisation anglaise, Projects Abroad, en 2011.
« Je n’ai jamais vu des personnes aussi excitées d’apprendre » (Andrew)
Après cette expérience là-bas, Andrew voulait continuer à donner. Il est resté en contact avec Fina Senghor, membre de l’organisation Projects Abroad au Sénégal ainsi que fondatrice de l’association pour la protection de la petite enfance (ASPE), afin de voir ce qu’il pouvait faire.

Fina Senghor a grandi à Dakar, la capitale du Sénégal, mais est venue à Saint-Louis dans le cadre de ces études pour entrer à l’université Gaston Berger. En 2011, Fina et quelques-unes de ses amies ont ouvert une garderie à Saint-Louis pour accueillir et prendre soin des enfants issus de familles modestes.
« La pauvreté est un gros problème au Sénégal. Vous pouvez voir à tout moment, dans votre quartier ou même dans votre entourage, de personnes faisant face à des difficultés financières et/ou ayant de mauvaises conditions de vie » (Fina)
En raison du taux de natalité élevé au Sénégal, de nombreuses familles ne peuvent pas subvenir aux besoins de tous leurs enfants. Par conséquence, une partie d’entre elles envoient leurs enfants, les garçons en particulier, mendier ou voler dans les rues des villes.

Pour les familles qui n’envoient pas leurs enfants dehors, la surpopulation dans les écoles publiques du Sénégal est une autre question qui leur est posée, a déclaré Fina.
« Nous avons trop d’enfants dans une même classe, l’enseignant ne peut pas être assez efficace pour tous les élèves. Et certaines personnes n’ont pas assez d’argent pour mettre leurs enfants dans de bonnes écoles, c’est pourquoi ils préfèrent parfois les garder à la maison » (Fina)
Toutefois, comme les deux parents des ménages pauvres ont tendance à travailler à l’extérieur du foyer, personne ne peut s’assurer que les enfants ne se livrent pas à des accidents ou ne sont pas agressés par d’autres, a déclaré Senghor.
« Il y a beaucoup de mauvaises choses qui arrivent aux enfants et c’est pourquoi nous avons ouvert cette école maternelle. Nous apprenons aux enfants, même les bébés et jusqu’à six ans, à éviter qu’ils ne soient maltraités par les gens. » (Fina)
L’école, qui fonctionnait dans un bâtiment loué, a été ouverte pendant deux années seulement en raison du manque de financement. Ainsi, lorsque Andrew a demandé à Fina comment il pouvait s’impliquer, elle lui a indiqué que la construction d’un bâtiment pour une école maternelle sur une propriété de 300 m2 (achetée par l’ASPE en 2010) serait idéale.

Andrew a alors répondu que lui et son équipe, se chargeraient de la conception de l’école maternelle afin qu’elle soit auto-suffisante, gratuite et ouverte à toute la communauté du quartier.
« Si vous construisez une superbe école pour les enfants qui autrement n’ont pas le soutien de leurs parents, ils vont réussir. Cette école sera faite pour les enfants ! » (Andrew)
Andrew a déclaré qu’avec son équipe ils ont l’intention d’équiper le bâtiment de panneaux solaires, d’un réservoir de stockage d’eau de pluie et de fenêtres éco-énergétiques afin d’utiliser le moins d’électricité et d’eau possible. Cela permettra aussi de réduire les coûts.

Les étudiants présenteront la conception du projet au comité consultatif d’ingénierie civile de leur université (WSU) le 25 avril. Cela déterminera 10% de leur note dans ce cours.

Dès que la conception sera achevée, Andrew dit qu’ils devraient être en mesure d’obtenir plus de fonds pour la phase de construction du projet. Andrew espère commencer le chantier au printemps prochain.

Andrew a aussi prévu un voyage à Saint-Louis en mars (dans quelques jours) afin de recueillir des échantillons de sol à faire analyser ensuite par l’équipe. Ces échantillons détermineront les fondations appropriées pour le bâtiment.
Acknowledgements / Remerciements

past & present / passés et actuels

​​Abdon Godinez
FFS Engineer

Andrew Stephenson
FFS President

Brett Johnson
FFS Engineer

Deontae Elder
FFS Engineer

Trevor Mitchem
FFS Engineer

Ashley Nunn
Washington State University Architect

Fina Senghor
Association Chance Senegal (ACS)

El Hadji Ndiaye
Volunteer

Pathé Faye
Gaston Berger University Translator & Coordinator

Chloé Fouques
FFS France Representative

Anna Norberg
Mission: Senegal President, FFS Representative

Douglas Stephenson
FFS Photographer